Cabaret sauvage

Je crois qu’il profita, pour son évasion, d’une migration d’oiseaux sauvages.

Le Petit Prince, Antoine de Saint Exupéry

A Kasane, nous n’avons pas beaucoup d’activités culturelles, alors nous faisons marcher notre imagination ! Les premières pluies d’Octobre annoncent l’heure des migrations et des parades nuptiales qui transforment notre jardin en une véritable scène de spectacle où l’art du vivant s’exprime jusqu’à la saison sèche. On se laisse alors aller à de beaux moments d’évasion, depuis sur notre terrasse, surpris à chaque nouvelle apparition de ce que Dame Nature est capable de nous proposer.

Notre cabaret sauvage démarre à la lumière tamisée du matin avec l’entrée en scène des martins-pêcheurs qui nous offrent quotidiennement de merveilleux plongeons depuis les branches des acacias.

En coulisse, les paradise fly-catchers mettent une dernière touche à leur costume. Les mâles se parent de plumes infinies et virevoltent gracieusement d’arbre en arbre avant d’entreprendre des parades féérique avec les femelles.

Soudain, une pluie d’oiseaux vient illuminer les arbustes fleuris. Les souimangas, tout en paillettes, jonglent délicatement entre les pétales à la recherche de nectares succulents.

Les prochains artistes à jouer des plumes sont les têtes couronnées qui s’adonnent avec entrain à un cancan parfaitement maîtrisé.

Un intermède musical est proposé par les petits chanteurs Batis qui roucoulent de joyeuses notes en duo.

Enfin, le clou du spectacle, les oiseaux fauve terminent ce show spectaculaire avec leur chevelure de feu et leur look rock et graphique digne de Jean-Paul Gauthier.

Notre jardin rivalise avec les plus beaux cabarets du monde, n’est-ce pas ?

2019-03-27T10:19:19+00:007 janvier 2019|Le blog, Observations|

Laissez un commentaire