Itinéraire self drive
La route de l’infini
Une épopée naturelle et sauvage à travers la Namibie et le Botswana
Partez !

La route de l’infini

Au départ de Windhoek, explorez la Namibie et le Botswana en 4×4 lodge ou camping, à travers des paysages aussi époustouflants que les dunes orangées du Namib, la région côtière de Swakopmund, le désert minéral du Damaraland, le pan asséché d’Etosha, les marais verdoyants du Caprivi, les spectaculaires chutes Victoria et les plus belles savanes du Botswana.

Telle une odyssée naturelle, culturelle et sauvage, la route de l’infini révèle toute la beauté primitive du monde, sous un ciel bleu profond incomparable et une voute céleste qu’aucune pollution ne vient troubler, et promet de forts moments d’émotion auprès des plus grands mammifères d’Afrique !

En résumé

Durée : entre 21 et 28 jours

Départ : Windhoek

Hébergement : Camping et/ou lodge

Difficulté :

Etape par étape

WINDHOEK

Niché dans les hautes terres centrales de Namibie, l’emplacement géographique de Windhoek, couplé à la présence d’un aéroport international, de bonnes infrastructures et une grande quantité d’hébergements font de la capitale namibienne le point de départ incontournable pour débuter cette épopée à travers l’Afrique australe.

Windhoek est une ville moderne et bien entretenue dont l’occidentalité peut frapper à la première rencontre. Les gratte-ciels y côtoient les châteaux allemands et une cathédrale néo-baroque, et ce n’est pas ici qu’on ressentira l’atmosphère joyeusement désordonnée et attachante de certaines villes africaines.

L’agglomération elle-même fait rarement l’objet d’une véritable halte touristique car elle a finalement peu à offrir en matière d’architecture et de monuments. Pourtant, Le Reiterdenkmal (le monument du cavalier), l’Alte Feste (le vieux fort), la Christuskirche (l’église), ainsi que les trois châteaux peuvent être visités, sans oublier le National Museum et le Trans-Namib Transport Museum ou encore la vue superbe sur la ville depuis Goreangab Dam.

Windhoek compte aussi quelques bonnes adresses pour se restaurer : le bistrot chic Stellenbosch, l’incontournable pub de Joe’s Beerhouse ou encore les spécialités d’Afrique du Nord et d’Afrique de l’Ouest de la Marmite. Pour les emplettes, rendez-vous sur la rue piétonne de Post Street Mall ou au Namibia Craft Center dans le Old Breweries Complex. Non seulement le café y propose d’excellents déjeuners mais le marché est truffé de jolis souvenirs authentiques, tous garantis made in Namibia !

Dunes géantes, vastes plaines rocheuses et une imposante chaine de montagnes, voilà la combinaison de paysages qu’offre le parc national de Namib-Naukluft. Couvrant 50 000 km2, c’est l’une des plus grandes zones protégées d’Afrique, abritant l’un des déserts les plus anciens au monde. S’immerger dans le Namib, saisir ses contrastes et écouter son silence est l’une des plus belles expériences que la Namibie ait à offrir.

SESRIEM

Emblématique du parc de Namib-Naukluft et de tout voyage en Namibie, la région de Sesriem-Sossusvlei est constituée d’énormes dunes orangées, aux arêtes gracieusement courbées, de casseroles blanches et plates parsemées d’acacias graphiques et d’oryx superbement photogéniques.

Canyon de Sesriem et la dune Elim

Situé à proximité de l’entrée du parc, le Canyon de Sesriem a été façonné par la rivière Tsauchab durant des millions d’années. Il offre aujourd’hui de superbes formations rocheuses, profondes de 30m par endroit, abritant une partie de l’année des bassins d’eau fraiche accessibles par des marches taillées dans la roche et dans lesquels il fait bon se baigner après avoir passer la journée sur des pistes poussiéreuses ou à l’ascension des dunes.

Dans le même secteur, la dune Elim surgit comme un véritable mirage. A la fin de la journée, avec sa vue panoramique sur les montagnes de Naukluft et sur le sommet des dunes, elle mérite les 1 à 2h de grimpette pour y voir le soleil disparaitre.

La dune 45

Avec sa vue saisissante, la Dune 45 est un rendez-vous incontournable pour observer le lever du soleil. Mais attention, la montée des 80 m de sable n’est pas simple et on n’est pas tout seul à l’arrivée. Pour ceux qui souhaitent bénéficier d’un peu de solitude, filez plutôt tout droit sur Dead Vlei pour visiter la cuvette la plus populaire de Sossusvlei en « toute intimité » ou presque !


© Booma

Sossusvlei

La région de Sossusvlei est l’attraction principale du parc de Namib-Naukluft et la deuxième attraction la plus populaire de Namibie, réputée pour ses dunes majestueuses de couleur rouge vif, contrastant avec le sol blanc éclatant des cuvettes qui formaient un ancien lac.

Dead Vlei est probablement la cuvette d’argile la plus visuelle avec ses squelettes d’arbres morts préservés grâce à l’aridité qui perdure ici depuis plusieurs centaines d’années. Elle est un paradis pour les photographes en raison du fort contraste entre les arbres noirs et les casseroles blanchies, les vibrantes dunes rouilles et le ciel d’un bleu profond qui produit des images incroyables.

La dune de Big Daddy, dont l’ascension est particulièrement ardue, offre une vue superbe sur Big Mama et Dead Vlei.

Suivez notre itinéraire bis !

Couplez la visite du Désert du Namib et de Sossusvlei par quelques jours dans la réserve naturelle de Namibrand, véritable petit trésor isolé dont on dit qu’il est l’endroit le plus calme au monde et le plus propice à l’observation des étoiles. Ici, le désert s’offre totalement à vous, dans un tête à tête émouvant et hors du temps. Vivez cette expérience en solitaire dans un des 3 campings ou dans la maison du Family Hideout !

MONTAGNES DE NAUKLUFT

Au nord de Seriem se dresse une chaine de montagne spectaculaire dont les hauts plateaux et les flancs se composent de roches nues et dont les ravins et les vallées dévoilent des paradis de verdures.

Le caractère unique de la région tient autant à sa géologie qu’à sa situation géographique. Séparées du reste des hautes terres par des falaises abruptes, les montagnes de Naukluft forment un plateau, surplombé de dolomites et de schistes, dans lequel les eaux de pluie ont formé des ravins, un réseau de rivières souterraines et des piscines cristallines en surface.

Paisible et peu fréquentée, cette région du Namib est le milieu idéal pour pratiquer la randonnée, s’adonner à l’ornithologie avec plus de 200 espèces d’oiseaux répertoriés, ou découvrir des espèces animales rares comme le klipspringer et le zèbre de Hartmann qui s’est adapté au terrain escarpé et rocheux des montagnes.

Suivez notre itinéraire bis !

Envie de tester les capacités de votre 4×4 sur un terrain montagneux ? La région de Naukluft est faite pour vous ! Même si le célèbre Naukluft 4×4 Trail est désormais fermé, il existe toujours de belles expériences en 4×4 dans la région offertes par Tsauchab River Camp et BüllsPort Lodge & Farm ou en explorant les pistes protégées du nord du parc et ses campings sauvages.

Si vous préférez lâcher le volant, les opportunités de randonnées sont nombreuses et il existe forcément un trail qui vous correspond, selon le temps que vous avez à y consacrer et le niveau de difficulté que vous attendez.

Contactez-nous pour en savoir plus sur ces activités en étroite connexion avec la nature et en totale déconnexion avec le reste du monde !

Visiter la région côtière de Swakopmund et de Walvis Bay, c’est vivre la magie d’une rencontre improbable entre les dunes du Namib et l’océan.

Si Walvis Bay se caractérise surtout par ses activités portuaires, la ville de Swakopmund est une véritable station balnéaire à l’ambiance décontractée où il fait bon flâner. Toutes deux ont différents intérêts et proposent des expériences complémentaires, facilitées par leur proximité.

WALVIS BAY

Walvis Bay, ou la baie des baleines, se situe au nord du tropique du Capricorne dans le delta de la rivière Kuiseb. Son large lagon est occupé par d’innombrables oiseaux de mer, des pélicans ou encore des flamants roses. Par temps clair, on peut voir le phare noir et blanc à la pointe du prémontaire au nord-ouest de la lagune.

Des tours en bateau à la rencontre des dauphins et des otaries sont organisés depuis le port mais les excursions en kayak seront probablement le meilleur moyen d’aller à la rencontre de la faune maritime, d’autant qu’elles ne demandent pas de capacités physiques particulières.

Si vous n’avez pas le pied marin, vous pouvez toujours visiter Pelican Point par vous-même avec votre 4×4, en longeant la lagune sur une piste traversant les marais salants où vivent de nombreux oiseaux de mer et où se promène parfois une hyène brune à la recherche de nourriture.

Au delà du lagon, Sandwich Harbour, s’étendant sur 48 km, est particulièrement prisé des amateurs de 4×4 et des passionnés d’avifaune. C’est une expérience unique que de conduire entre terre et mer mais les pistes pouvant disparaitre et les marées pouvant surprendre, l’accompagnement d’un guide est nécessaire.


© D.Rebaubier

Suivez notre itinéraire bis !

Depuis Naukluft, passez Solitaire et optez pour un détour dans la région de Gamsberg par le col de Spreetshoogte, avant de rejoindre les pistes protégés du nord du Namib via la station scientifique de Gobabeb où vous serez initié à la diversité des écosystèmes du désert.

Attention, cet itinéraire bis traverse des passages assez techniques et nécessite une bonne maîtrise de votre véhicule.

SWAKOPMUND

Avec ses plages et ses rues animées, Swakopmund est une petite ville agréable où la culture et l’histoire, présents à travers son architecture et ses musées, se donnent rendez-vous avec de nombreuses activités à sensation comme le sandboarding, le quad, le saut en parachute ou le survol des dunes en montgolfière.

Faire une halte à Swakopmund est l’occasion de renouer avec la vie urbaine et ses facilités, de déguster d’excellents fruits de mer et de préparer à la suite de son périple sur les pistes poussiéreuses du pays.

Suivez notre itinéraire bis !

Généralement, nos selfdrivers choisissent la Namibie pour sa nature sauvage et moins pour ses villes. Si Swakopumd est une étape importante pour faire son ravitaillement, on peut facilement s’en échapper pour explorer le désert côtier aux alentours. Avec un permis spécial en poche, le trail balisé en 4×4 de Welwischia Drive permet notamment de découvrir la flore sensible et délicate du désert du Namib et le décor spectaculaire de Moonscape.

Au départ de Henties Bay, d’autres trails fascinants vous invitent aussi à explorer la région située entre la côte et le Brandberg, dans le parc de Dorob. Ne manquez pas la visite du mystérieux cratère Messum au coeur des montagnes de Goboboseb !

La région du Damaraland est probablement l’une des plus belles de Namibie et peut faire l’objet de nombreuses explorations. Riche d’histoire et peuplé d’animaux fabuleux, elle ravira les amateurs de paysages désertiques et les amoureux de nature.

La région dispose en effet d’une géologie unique et se compose de paysages extraordinaires où l’occasion d’y observer des couchers de soleil fantastiques et un ciel étoilé inoubliable est fréquente.

Parmi ses plus incroyables curiosités, se comptent la forêt pétrifiée, à l’ouest de la petite ville de Khorixas, la montagne brulée et les tuyaux d’orgue basaltique, le Brandberg, abritant le plus haut sommet de Namibie et la gravure rupestre désormais célèbre de la dame blanche, ou encore le Spitzkoppe, un inselberg granitique s’élevant à 1728 m, et se teintant d’un rouge merveilleux au lever et au coucher du soleil.


© Booma

TWYFELFONTEIN

Le Damaraland abrite également le site archéologique de Twyfelfontein, inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO et qui possède l’une des plus importantes concentrations de gravures sur roche d’Afrique.

La plupart de ces œuvres représentent des rhinocéros, des éléphants, des autruches et des girafes, ainsi que des empreintes de pas d’hommes et d’animaux. Toutes les gravures et peintures rupestres de la zone principale sont sans aucun doute l’œuvre authentique des chasseurs-cueilleurs San qui vécurent dans la région longtemps avant l’arrivée des bergers Damara et des colons européens.

PALMWAG

Plus au nord, la concession de Palmwag est une vaste zone protégée située dans la région de Kunene. Cette région au paysage lunaire, fournit un habitat à une grande variété d’animaux, y compris des espèces qui se sont adaptées ces conditions semi-désertiques telles que les éléphants, les zèbres de montagne et les girafes. Elle abrite également la plus grande population de rhinocéros noirs du monde et partir à leur recherche dans ce décor unique restera un moment magique.

Suivez notre itinéraire bis !

Rejoignez Twyfelfontein et la concession de Palmwag en longeant la région hostile mais fascinante de la Skeleton Coast où le courant froid et imprévisible de l’océan atlantique se heurte aux dunes et au désert de nord-ouest de la Namibie, créant des brouillards océaniques denses et mystérieux. De la rivière Ugab à la baie de Torra, les navires échoués, les colonies d’otaries ou l’opportunité d’observer des hyènes brunes sont parmi les attractions majeures qui vous conduiront dans ce bout du monde !

ETOSHA

Immense et pour le moins lunaire, Etosha surprend les visiteurs par son paysage qui n’existe nulle part ailleurs et la multitude de ses points d’eau naturels ou artificiels qui attirent une faune impressionnante. L’observation des rhinocéros y est certainement l’une des meilleures d’Afrique.

Malgré son étendu, seul un tiers du parc est ouvert au public et longe le spectaculaire lac asséché d’Etosha, si vaste qu’il est visible depuis l’espace ! D’Ouest en Est, le parc se découpe en plusieurs sections : Dolomite, Okaukuejo, Halali et Namutoni.

Dolomite

La région de Dolomite, avec son camping de Olifantrus, est la dernière partie du parc à avoir été ouverte au tourisme. La faune s’y est développée sans perturbation humaine et des espèces rares comme le rhinocéros noir et l’impala à tête noire apprécient particulièrement le terrain caillouteux et sa végétation arbustive. Les nombreux points d’eau attirent également les éléphants, léopards, lions, springboks, oryx et bubales. L’avifaune est prolifique.

Okaukuejo

Le camp d’Okaukuejo est le centre administratif d’Etosha, qui était autrefois un poste militaire. Le camp est le plus ancien et le plus grand du parc. Son principal atout reste le grand point d’eau éclairé, qui reçoit régulièrement la visite d’une grande diversité d’animaux sauvages : antilopes, lions, éléphants et rhinocéros noirs. Le spectacle commence à l’aube et se poursuit tout au long de la journée, avec des visites de troupeaux de zèbres et de springboks dans l’après-midi. Il est particulièrement amusant de s’asseoir après le dîner avec un verre de vin pour observer les interactions entre les animaux.


© Booma

Halali

Situé à mi-chemin entre Namutoni et Okaukuejo, le camp d’Halali est perché sur des collines dont l’épaisse végétation est l’habitat idéal des léopards, du rhinocéros et de l’éléphant. Il possède aussi son point d’eau éclairé et compte quelques pans très populaires, comme Goas, Sueda ou Salvadora.

Namutoni

Le camp de Namutoni se situe à l’extrême Est, près de la porte Von Lindequist et du pittoresque Fischer’s Pan. Le camp est organisé autour d’un vieux fort allemand blanchi à la chaux, qui lui donne un caractère unique. Le point d’eau du roi Nehale est éclairé la nuit et les bancs d’observation permettent de voir des animaux nocturnes plus rares et plus discrets.


© Booma

BANDE DE CAPRIVI

Parc National de Bwabwata

S’étendant sur la bande la plus étroite et la plus longue du Caprivi, Bwabwata inclut l’ancien parc de Caprivi et la réserve de Mahango. Après avoir été occupée par l’armée sud-africaine jusqu’à l’indépendance en 1990, cette région a commencé à être gérée comme une zone protégée prenant en considération les besoins de ses 5000 habitants. Elle se compose aujourd’hui de différentes zones dont une aire de conservation à l’ouest le long de la rivière Okavango (Mahango et Buffalo Core), une zone à usage multiple au centre et une aire de conservation à l’est (Kwando Core).

Les paysages de Bwabwata varient entre de vastes plaines inondables, des berges où s’épanouit une végétation luxuriante et des espaces boisés plus secs, parsemés de gros baobabs. Passage obligé pour se rendre en Angola, Bwabwata abrite une très grande concentration d’éléphants mais aussi de buffles et d’hypotragues, attirant une population relativement importante de prédateurs : lions, léopards, hyènes et chiens sauvages. Le long des rivières, les hippopotames et les antilopes prolifèrent et on rencontre facilement des sitatungas, reedbucks ou encore cobes de lechwe. Bwabwata est également un haut lieu de l’ornithologie et comblera tous les amateurs d’oiseaux.

Situé entre le Zambèze et la rivière Chobe, l’extrême est du Caprivi est constitué de terres humides, alternance de plaines inondables, d’îles et de canaux. Cet environnement proche de celui que l’on peut trouver dans le Delta de l’Okavango n’est plus vraiment habité par les grands mammifères. Par contre, l’avifaune y est spectaculaire et on pourra observer des becs-en-ciseaux nichant sur les îles sablonneuses, un nombre impressionnant de martins-pêcheurs de toutes les déclinaisons possibles, et des colonies de guêpiers carmins.

Etablie sur les bords du Zambèze, Katima Mulilo est la capitale du Caprivi. C’est une petite ville charmante et confortable où il fait bon passer la journée entre son marché et son centre artisanal, se relaxer sur les bords du Zambèze, s’adonner à la pêche ou se laisser tenter par quelques jours à bord d’un houseboat.

Mudumu

La réserve de Mudumu est située au nord du parc de Nkasa Rupara et longe les bords de la rivière Kwando où abondent les éléphants lorsqu’ils migrent entre le Botswana, la Zambie, l’Angola et le Zimbabwe. Son paysage de plaines inondables et de forêts attire également les buffles, les lions, les léopards, les girafes, toutes sortes d’antilopes dont les rares sitatungas. Ses canaux abritent hippopotames, crocodiles et loutres. Mudumu est également un paradis pour les oiseaux avec ses 430 espèces répertoriées.

Nkasa Rupara

Longée à l’est par la rivière Linyanti et à l’ouest la rivière Kwando, Nkasa Rupara est la réserve namibienne la plus proche du Botswana. Elle se distingue pour être la plus grande zone humide protégée de Namibie, constituée de canaux et d’îles boisées dont les plus grandes et les plus emblématiques sont Nkasa et Lupala. L’ensemble forme un marais magnifique et peu fréquenté des touristes. Ici, les oiseaux prolifèrent et on retrouve un grand nombre d’espèces attirées par l’eau comme l’éléphant, le crocodile et l’hippopotame. Plus inattendu, Rupara abrite une population stable de lions, très intéressés par les troupeaux de buffles installés sur les îles et a vu sa population de guépards nettement progresser.

CHOBE NP

Le célèbre parc national de Chobe s’étend au bord de la rivière du même nom et qui forme une frontière naturelle entre le Botswana et la Nambie. D’une richesse extraordinaire, il abrite différents écosystèmes formant 4 grandes régions dont le River Front et Savuti où les observations animalières sont toujours remarquables.

Le River Front

Que ce soit en bateau ou en 4×4, la découverte des berges du Chobe promet d’incroyables moment d’émotions. C’est ici que convergent les animaux à la saison sèche où l’observation d’immenses troupeaux d’éléphants et de buffles, suivis de près par de multiples prédateurs, devient tout à fait exceptionnelle. Au delà du nombre, ce qui fait la magie du River Front est probablement la diversité de sa faune qui rend les safaris inédits et passionnants chaque jour.

La rivière Chobe compte parmi les lieux incontournables pour les amoureux des oiseaux et les couchers de soleil y sont toujours inoubliables.

Savuti

La région de Savuti est particulièrement connue pour ses populations de lions et de hyènes mais aussi pour l’histoire étonnante de son canal qui s’est asséché pendant près de 30 ans avant que l’eau n’y coule de nouveau abondement. Ce qui apparaissait comme un véritable mystère a été expliqué récemment par des mouvements géologiques qui auraient bloqué le canal dans les années 80 avant de le libérer en 2010.

Aujourd’hui, le canal de Savuti est de nouveau à sec mais sa faune étonnamment abondante occupe toujours ses célèbres collines et ses jolis pans. Les troupes de lions restent impressionnantes et les guépards, absents du River Front, sont régulièrement observés dans les larges plaines ayant remplacé le marais.

Créé en 1962 par la population locale BaTawana, la réserve de Moremi fait partie intégrante du Delta de l’Okavango et représente un des plus beaux sanctuaires de la vie sauvage en Afrique. Elle se compose principalement de plaines inondables et d’un réseau de canaux entourant deux bandes de terre que sont Chief’s Island et Mopane Tongue.

L’écosystème resté très authentique de Moremi est d’une richesse et d’une variété spectaculaire. Les oiseaux abondent et la majorité des mammifères d’Afrique peut y être observée. La réserve et ses concessions périphériques sont un paradis pour les selfdrivers, tant pour leur caractère sauvage et exclusif que pour la conduite exigeante qu’elles demandent.

LA CONCESSION DE KHWAI

Les plaines inondables de Khwai offrent un magnifique panorama et d’excellentes opportunités d’observations animalières en suivant la rivière, depuis le camping de Mogotho jusqu’aux portes de Moremi. La région tient sa réputation de la densité importante des prédateurs vivant ici : les familles de lions prospèrent grâce à la présence de grands troupeaux de buffles, les léopards sont régulièrement observés dans les arbres, les hyènes se font entendre jusqu’au coeur de la nuit et les rares lycaons se regroupent en meutes impressionnantes. La concession de Khwai est probablement le coin préféré de nos selfdrivers car les safaris y sont toujours réussis et grâce à ses sympathiques campings situés le long de la rivière.

LA RESERVE DE MOREMI

Moremi est la seule partie du Delta de l’Okavango qui soit accessible par la route. La réserve est le lieu idéal pour observer un large éventail d’animaux sauvages, comprenant le buffle, la girafe, le lion, le léopard, le guépard, la hyène, le chacal, le lycaon, le lechwe rouge et près de 500 espèces d’oiseaux. Elle est aussi la région où l’on ressent le plus intensément ce sentiment de liberté qui habite les selfdrivers visitant le Botswana.

Les 5000 km2 de Moremi se découpent en 4 grandes régions articulées autour de ses 4 campings : North Gate, Xakanaxa, Third Bridge et South Gate.

North Gate et Khwai Loop

S’étendant jusqu’à Dombo Hippo Pool, la région de Khwai North Gate est le reflet de la concession communautaire qui lui fait face. Ses plaines inondables sont aussi l’opportunité de faire des rencontres remarquables avec les plus grands prédateurs : lions, léopards mais aussi guépards. Les hippopotames et les éléphants y sont également abondants, comme de très nombreuses espèces d’antilopes et toute une myriade d’oiseaux logés dans les arbres le long des rivières et autour des points d’eau.

Xakanaxa et Paradise Pool

Située dans une des plus belles régions du Delta, la lagune de Xakanaxa forme un patchwork de forêts de mopane et de plaines inondables, entouré par des cours d’eau profonds. Ses nombreuses boucles et pistes forment un véritable labyrinthe où les animaux et les oiseaux sont omniprésents. Les antilopes sont innombrables et les chiens sauvages peuvent être aperçus dans les vastes plaines non loin du campsite.

Third Bridge et Bodumatau

Au delà de Xakanaxa, la région de Third Bridge longeant Mboma Island est sans doute la plus emblématique de Moremi et le lieu favori de nombreux selfdrivers. Réputée pour sa faune extraordinaire à la saison sèche, la proximité avec les animaux est remarquable de jour, dans les vastes plaines aux alentours, comme de nuit dans le campsite ! Le coucher du soleil y est simplement fantastique.

Xini Lagoon, Black Pools et South Gate

Un nouveau réseau de pistes a été créé dans la zone de South Gate afin de valoriser cette partie du parc retenant peu souvent l’attention des visiteurs. De nombreux animaux sont désormais visibles, en particulier les girafes et les léopards vivant dans les forêts de mopane mais aussi les éléphants, les zèbres et toutes sortes d’antilopes trouvant dans les lagons l’eau et la nourriture nécessaire à leur survie.

MAUN

Installée entre le désert et le delta, Maun est la capitale touristique du Botswana. Si la ville ne présente pas d’intérêt majeur en dehors de ses nombreux commerces et commodités, elle reste une étape importante pour les selfdrivers en transit qui pourront éventuellement compléter leur découverte de l’Okavango par un vol panoramique au-dessus du delta ou par une journée en mokoro !

GHANZI ET LE KALAHARI

Au sud de Maun, au cœur du Kalahari, Ghanzi est considéré comme la plaque tournante de l’élevage du bétail au Botswana qui constitue la troisième industrie du pays. Les exploitations se succèdent dans cette région désertique qui s’ouvre désormais au tourisme.

La communauté vivant à Ghanzi est multi-culturelle où on rencontre les San et les Bakgalagadi (premiers habitants), les Herero, les Batawana et les Afrikaaners qui se sont installés pour la première fois dans la région à la fin du XIXe siècle. Tous se partagent aujourd’hui ce morceau de désert découpé entre réserves d’animaux sauvages et ranchs.

Outre de goûter à son excellente viande de bœuf, visiter Ghanzi et ses alentours sera surtout l’occasion de venir à la rencontre du peuple San et de découvrir son mode de vie ancestral avec sa gestion stricte et respectueuse des ressources en eau et en nourriture que le désert met à leur disposition. De nombreuses activités culturelles sont proposées dans les lodges, de la marche éducative dans le bush à la visite de villages traditionnels en passant par un diner en compagnie de conteurs d’histoires ou par la confection de bijoux ou de produits locaux.

La culture San est représentée par une scène artistique originale. À 35 kilomètres au nord de Ghanzi, le petit village de D’Kar se compose de différentes familles appartenant au peuple Bushman. Regroupées en une association, ils organisent chaque année un festival de musique et de danse traditionnelle Kuru dans le but de promouvoir leur culture.

Le village abrite également un centre artistique où il est possible d’admirer les peintures produites par les artistes locaux. La nature et la relation des êtres humains avec elle sont un thème récurrent dans ces peintures à l’huile aux couleurs vives et imaginatives.

Au centre de Ghanzi, le Craft Center sera également l’occasion d’acquérir des objets d’art et d’artisanat authentiques, notamment des ceintures et des bijoux en coquille d’œuf d’autruche, des articles en cuir, des sculptures et des instruments de musique traditionnels.

VICTORIA FALLS

Formant le plus grand rideau d’eau du monde, les chutes Victoria surgissent sur une partie du fleuve Zambèze atteignant 1,7 km de large où l’eau plonge à près de 100m de hauteur. Leur débit est particulièrement important après la saison des pluies. Le nuage de brume qui s’en échappe est alors visible à plus de 30 km. Frontière naturelle entre la Zambie et le Zimbabwe, elles sont plus impressionnantes côté zimbabwéen mais peuvent se visiter depuis les 2 pays.

Victoria Falls désigne aussi la petite ville touristique qui s’est développée autour des Chutes Victoria, après la construction du pont qui relie par voie ferrée le Zimbabwe à la Zambie depuis 1905. Aujourd’hui, de nombreuses activités y sont proposées, de la simple croisière au saut à l’élastique en passant par le rafting. Ses marchés, ses boutiques et ses restaurants concentrés dans un centre ville accessible à pied, en font une ville particulièrement agréable à visiter et le lieu idéal pour faire une pause dans ce long voyage vers l’infini à travers la Namibie et le Botswana !

Pourquoi choisir cet itinéraire ?

Un itinéraire combinant les paysages époustouflants de Namibie avec l’expérience exceptionnelle du safari au Botswana

La possibilité de varier les activités : safaris, randonnées pédestres, trail 4×4, kayak, croisières, sorties en mer, vols panoramiques…

Un voyage entre terre et mer pour rencontrer des mammifères marins comme les otaries, les baleines, les dauphins, en plus des fameux Big Five !

N’oubliez pas !

  • Si la Namibie et le Botswana sont deux pays qui se complètent, ils offrent une expérience très différente à bien des égards. Gardez en tête qu’ils ne partagent pas la même histoire et qu’ils possèdent chacun leur identité et leur culture, que vous aurez la chance de découvrir lors de ce voyage !

  • Les pistes de Namibie sont relativement accessibles et bien balisées mais les accidents sur les routes de graviers sont fréquents. Conduisez toujours prudemment en réduisant votre vitesse et n’oubliez pas que le poids et le centre de gravité d’un véhicule équipé peuvent rendre un freinage brusque incontrôlable.

  • Les pistes du Botswana sont nettement plus techniques avec peu d’indications, des passages de gués et du sable profond. Choisissez le bon véhicule qui saura vous emmener jusqu’aux limites de Moremi en veillant à être équipé de pneus tout-terrain, d’un châssis rehaussé, d’un équipement parfaitement arnaché et organisé dans la cellule arrière, et du matériel de navigation, dépannage et sécurité adéquat (pelle, outils, GPS, téléphone satellite).

  • En Namibie, la question du ravitaillement ne pose pas de grandes difficultés même s’il faut toujours veiller à avoir des réserves d’eau et de nourriture en cas de panne sur une route peu fréquentée, et faire le plein d’essence quand l’occasion se présente. De nombreux campings ont des petites épiceries de dépannage et les selfdrivers peuvent souvent bénéficier des services de restauration dans les lodges adjacents, même si ce n’est pas systématique.

  • Au Botswana, les lodges ne sont pas ouverts aux selfdrivers qui n’y sont pas résidents et il sera vital de bien penser ses réserves d’eau et de nourriture dans les principales villes du pays (Maun, Kasane) avant de s’engager dans le bush. La gestion du carburant est également un point crucial pour la traversée de Chobe et Moremi qui ne possèdent aucune station-essence.

Autres suggestions d’itinéraire

La route de la liberté
JOHANNESBURG • LIMPOPO • TULI • GOO-MOREMI • BOTETI • MOREMI • CHOBE • REGION DES PANS • RHINO SANCTUARY
La route du désert
CHOBE • MAKGADIKGADI & NXAI • KALAHARI • REGION DES PANS
La route des Sans
CHOBE • CAPRIVI • PANHANDLE • KALAHARI • REGION DES PANS