Un super-héros à la maison bleue !

Dans notre maison bleue de Kazungula, nous ne sommes jamais au bout de nos surprises.

Depuis notre arrivée, nos nuits sont rythmées par des sons variés, de la hyène à l’hippopotame, et nos journées sont régulièrement ponctuées de rencontres très spéciales. Souvenez-vous des chiens sauvages qui avaient chassé un impala devant nos fenêtres l’année dernière ou encore des lions qui erraient sur notre chemin pendant la nuit ! Mais ce n’est pas tout, les éléphants nous rendent visite très souvent, ainsi que les impalas, les babouins, les waterbucks, les bushbucks, les buffles, les mangoustes, les phacochères, les vervets … Bref, nous vivons un safari en continu !

La semaine dernière, nous avons fait la rencontre d’un animal encore plus inattendu tant il est normalement discret : un magnifique serval, dynamiquement poursuivi par les chiens, terminant sa course folle contre la clôture de la propriété. Nous voilà bien ! Des chiens, un chat … Il va falloir très vite trouver une bonne idée !

Epuisé, le serval nous a laissé l’observer un bon moment. Quel animal singulier ! Si on est quand même très loin du personnage de l’univers Marvel et plus proche du chat domestique, il n’en a pas moins une taille impressionnante, reposant sur des pattes élancées et arborant une splendide fourrure tachetée. Avec ses habitudes plutôt nocturnes, il était encore plus étonnant de le trouver là à l’heure du thé.

Pour le déloger, nous avons vainement tenté de l’effrayer avant de sortir le jet d’eau, d’une efficacité redoutable sur nos amis les chats :)) Notre serval a détalé comme un lapin, esquivant soigneusement la sortie pour se planquer dans une autre bosquet.

Finalement, la décision fût prise d’éloigner la menace canine et de laisser le serval s’échapper seul de la propriété. A la tombée de la nuit, nous l’avons laissé reprendre des forces, caché dans les herbes hautes.

Le lendemain matin, nous n’avons pas retrouvé trace de notre gros chat et les chiens n’ont plus donné l’alerte. Il semblerait que le serval ait bien retrouvé le chemin de sa liberté !