Ethel, l’oryctérope du Caracal Center

En cet fin d’après-midi, nous partons redécouvrir le Caracal Center installé sur les hauteurs de Kasane et qui s’occupe, entre autres, de porter secours aux animaux sauvages blessés. Certains d’entre eux, inaptes à revivre dans la nature, peuplent le centre à des fins éducatives et il est possible de leur rendre visite.

Depuis quelques mois, le Caracal a un nouvel ambassadeur très secret, rarement observé, dont on sait finalement peu de choses. En français, on l’appelle oryctérope, en tswana thakadu et en afrikaan aardvark. Il nous tarde de rencontrer pour la première fois cet étonnant mammifère qui réunit à lui seul des oreilles de lapin, des pieds palmés de canard, des griffes d’ours, la queue d’un kangourou, sans oublier son long nez terminé par une sorte de groin de cochon.

Ethel est arrivé ici après avoir été attaqué par des chiens et sauvé par les villageois de Parakarungu. Sa jambe avant gauche a été gravement blessée et le jeune oryctérope de quelques mois a subi une importante chirurgie dont il se remet doucement mais surement.

Lorsque nous entrons dans son enclos, Ethel a la tête dans le trou et il n’y a rien pour le convaincre d’en sortir, pas même nos mots les plus doux ou le chantage. Il faut nous contenter d’observer ses grands pieds et lui gratter le ventre. Pour le reste, il faudra revenir pour vérifier que ce n’est pas Gollum qui vit là mais bien un oryctérope !

Le lendemain, nous sommes là à la première heure. On veut en avoir le coeur net. Ethel n’est toujours pas disposé à nous montrer son groin mais on a un argument de plus par rapport à hier : le petit-déjeuner.

Et ça marche ! On découvre enfin notre oryctérope et son physique singulier qu’on dirait tout droit sorti de la Guerre des Etoiles ! C’est un animal particulièrement imposant, même si il est encore très jeune, sa tête longiligne, ses grandes oreilles de lapin et ses pattes griffées lui donne une allure complètement à part et on comprend mieux pourquoi il est l’unique représentant de sa famille !

Les présentations faites, on laisse Ethel retourner à ses rêves, en se promettant de revenir le voir très bientôt !

A votre passage à Kasane, n’hésitez pas à rendre visite au Caracal center. En plus d’une bonne action, c’est une expérience sympathique où on apprend beaucoup de chose sur les serpents d’Afrique et sur tous leurs étonnants pensionnaires qu’on a rarement l’occasion de voir de près dans la nature.
2016-12-17T18:28:14+00:0020 novembre 2015|La vie à Kasane, Le blog|

Laissez un commentaire