Itinéraire self drive au Botswana
La route du désert
Une invitation à explorer les régions les plus reculées et isolées du Botswana
Partez !

La route du désert

Découvrez toute l’étendue sauvage du désert du Kalahari en 4×4 self drive !

Des pans de Makgadikgadi au Central Kalahari, ou jusqu’au Kgalagadi Transfrontier Park, ce circuit vous fera découvrir des espaces sans fin, la terre craquelée des cuvettes salées, le désert végétal du Kalahari, les sables rouges du Kgalagadi, ainsi que la faune occupant densément ces environnements arides où l’on pourrait jurer qu’aucune vie n’est possible.

La route du désert saura combler les selfdrivers les plus intrépides, en quête d’une expérience très personnelle, en total osmose avec la nature, dans les parcs les moins fréquentés du Botswana où la vie sauvage reste intense et trépidante.

En résumé

Durée : entre 14 et 21 jours

Départ : Kasane ou Maun

Hébergement : Camping et/ou lodge

Difficulté :

Louer un 4X4

Etape par étape

La visite du désert du Kalahari en 4×4 self drive démarre à Kasane mais nous pouvons aussi organiser un circuit similaire au départ de Maun.

KASANE

La petite ville de Kasane jouit d’un positionnement exceptionnel à la croisée du Botswana, de la Namibie, de la Zambie et du Zimbabwe, et à la porte du parc national du Chobe, l’un des plus attrayants d’Afrique australe.

Point de départ idéal pour la route du désert, la ville est dotée d’un aéroport international avec des vols réguliers en provenance de Johannesburg en Afrique du Sud, et dispose de plusieurs supermarchés, distributeurs de billets, stations essence et garagistes permettant de faire tout le ravitaillement nécessaire avant de prendre la route.

Kasane est aussi une ville calme et charmante où il fait bon se reposer quelques jours et profiter de ses nombreuses activités, comme l’incontournable croisière sur la rivière Chobe qui sera un premier contact fantastique avec la vie sauvage du Botswana.

Hébergements

Toutes les catégories de logement sont disponibles à Kasane et aux alentours : lodge, chalet self-catering, bushcamp ou camping.

Première étape de votre découverte du désert du Kalahari en 4×4 : la région des grands lacs salés, au coeur du Botswana. Les parcs nationaux de Nxai Pan et de Makgadikgadi se composent des paysages similaires, alternant cuvettes et plaines arbustives idéalement placées sur les routes migratoire des grands herbivores. S’ils sont comme frère et soeur, chaque parc a ses  spécificités offrant des expériences de safaris complémentaires entre la rivière Boteti attirant zèbres, gnous et éléphants à la saison sèche et les pans de Nxai, véritable oasis de verdure apprécié des mêmes troupeaux à la saison humide. Entre ces deux environnements et à toute saison, les prédateurs trouvent leur place, guettant la bonne opportunité au bord de la rivière ou autour des points d’eau.

NXAI PAN NP

La visite de Nxai Pan est intéressante à plusieurs titres. Le parc abrite d’abord les 7 baobabs de Baines, majestueusement plantés en bordure du pan
de Kudiakam. Découverts au 19e siècle, ils ont été immortalisés par l’explorateur Thomas Baines dans l’une de ses peintures tant la beauté du lieu était remarquable. Son atmosphère magique se révèle totalement au lever du soleil, quand les rayons du soleil habillent de rouge le tronc des arbres contrastant parfaitement avec le blanc immaculé du pan.

Si la région des baobabs n’est pas très fréquentée par les animaux, les pans de Nxai et Kgama-Kgama abritent une faune permanente constituée notamment de lions, girafes, guépards mais aussi d’espèces adaptées aux milieux plus arides comme le springbok, l’otocyon ou le chacal. Il est aussi un point de passage des animaux migrateurs qui se pressent en masse autour des points d’eau saisonniers dès l’arrivée des premières pluies. A cette période, il est possible d’observer des zèbres et des gnous par milliers mais aussi des grands troupeaux de springboks et d’oryx.

A la saison sèche, la faune de Nxai reste plus sporadique que dans les autres parcs du Botswana mais les chances d’y observer les guépards sont réelles toute l’année et le point d’eau artificiel central continue d’attirer de nombreux animaux.

Pistes

Depuis Kasane, comptez une bonne journée de route pour atteindre Nxai Pan NP. Le goudron cède la place à des pistes de sable après le passage de la porte. A la saison sèche, la conduite peut être particulièrement exigeante jusqu’aux baobabs et South Camp mais la circulation sur les pans est très facile. A la saison humide, les difficultés s’inversent. Le sable devient praticable mais il est impossible de circuler sur le pan de Kudiakam et il convient de rester prudent dans les pans de Nxai en raison de la boue.

Campings

Le parc de Nxai possède 3 camps sauvages disséminés autour des Baines Baobabs et un site d’une dizaine d’emplacements à South Camp.

Ravitaillement

Indisponible à l’exception d’une épicerie de dépannage étonnamment bien achalandée à South Camp. La station essence de Gweta n’est pas toujours alimentée et le plein pourra être fait à Maun ou à Nata.

Désert du Kalahari en 4x4 self drive : Nxai Pan

MAKGADIKGADI NP

La rivière Boteti qui longe l’ouest du parc national du Makgadikgadi est drainée par les crues de l’Okavango et constitue une source d’eau cruciale pour les animaux vivant ou migrant dans cette zone désertique ayant remplacé un immense lac préhistorique. Comme à Savuti, elle est restée asséchée durant de
nombreuses années, ne laissant plus que quelques mares permanentes ici et là. L’eau étant revenue depuis 2009, la vie sauvage bat de nouveau son plein dans ce cadre magnifique permettant d’observer la faune traditionnelle des savanes africaines : éléphants, girafes, zèbres, lions, ainsi que toute une myriade d’oiseaux.

En pénétrant un peu plus profondément dans le parc, on pourra découvrir un environnement en totale opposition avec les bords verdoyants de la rivière. Le pan de Ntwetwe est l’un des plus grand de la région et s’apparente à un véritable désert à la saison sèche. Son étendue craquelée impressionne par sa blancheur et attire une faune spécifique, adaptée à ces conditions arides, comme les autruches, les oryx, les suricates, et même la très rare hyène brune.

Pistes

L’accès au Makgadikgadi est possible par la porte de Khumaga à l’Ouest nécessitant de traverser la rivière Boteti par ferry ou par la porte de Phuduhudu au Nord. Les pistes du parc sont composée majoritairement de sable profond pouvant rendre la conduite délicate à la saison sèche.

Campings

Il existe 3 sites de campings à l’intérieur du parc. Khumaga offre l’opportunité de faire de très beaux safaris le long de la rivière Boteti tandis que Njuca Hills et Tree Island, totalement sauvages, se situent à l’Est du parc, dans une région particulièrement reculée où la vie sauvage est moins abondante à la saison sèche.

Ravitaillement

Gweta possède une épicerie permettant un petit ravitaillement et une station essence dont l’approvisionnement est aléatoire. Optez pour un ravitaillement complet à Maun ou à Nata.

Désert du Kalahari en 4x4 self drive : zèbres le long de la rivière Boteti

Avec ses quelques 5 millions d’hectares, le Central Kalahari est la seconde plus grande réserve protégée du monde. Créée dans les années 60 pour préserver le mode de vie traditionnel des San Basarwa, il a fallu attendre 1998 pour que la réserve du Central Kalahari soit ouverte au tourisme individuel.

Synonyme de sérénité et de solitude, c’est un endroit comptant parmi les plus naturels d’Afrique, où la faune et la flore se sont développées librement, au cœur d’une région semi-aride où il ne pleut pas plus de 300 mm d’eau par an. Pour autant, il ne faut pas s’attendre à découvrir des dunes de sable mais plutôt à un vaste plateau s’étendant à perte de vue et recouvert d’une végétation d’herbes et d’arbustes très caractéristique de ce désert végétal atypique.

D’ailleurs les animaux ne s’y trompent pas et viennent se regrouper ici peu après la saison des pluies afin de bénéficier des meilleurs pâturages que la région a à offrir. Que ce soit à ce moment là ou plus tard dans la saison sèche, le désert intact du Kalahari ne laissera personne indifférent tant pour sa faune que pour ses paysages et l’ambiance quasi-mystique qui y règne. Afin de se laisser complètement envoûter par les charmes du Kalahari, nous vous recommandons de parcourir la moitié nord de la réserve en 4-5 jours.

SUNDAY PAN ET LEOPARD PAN

La région de Sunday Pan est l’une des plus jolies du CKGR. Elle est réputée pour la présence régulière des fameux lions à la crinière noire du Kalahari et ses acacias abritent de nombreux herbivores comme des gnous, des oryx, des kudus, des girafes. Les arbustes peuvent aussi cacher quelques otocyons, chacals ou ratels. Le point d’eau permanent de Sunday est un lieu de rendez-vous incontournable lorsque le soleil décline et il est toujours intéressant voir les animaux s’y succéder dans un ordre toujours bien défini.

Pistes

Depuis Khumaga Gate, la route est goudronnée jusque Rakops. La piste de terre menant ensuite jusque Matswere Gate est particulièrement accidentée et demande de conduire prudemment. Après la porte, une piste de sable conduit jusqu’à la vallée de Deception suivie d’une piste de terre jusque Sunday.

Campings

La région de Sunday Pan compte 4 campsites. CKSUN03 et CKSUN04 sont les plus proches du point d’eau. CKSUN01 et CKSUN02 sont nettement plus éloignés mais sont régulièrement visités par les lions !

Ravitaillement

Il est conseillé de faire un dernier ravitaillement à Rakops avant de pénétrer dans la réserve. La ville dispose d’une petite épicerie où eau et nourriture seront disponibles. La station-essence de Rakops est devenu plus fiable. En cas de rupture de stock, la station la plus proche se situe dans la ville de Mopipi, à 60 km au Sud.

PASSARGE VALLEY ET TAU PAN

Passarge Valley est une route magnifique qui promet de nombreuses rencontres dans des paysages alternant entre la végétation arbustive typique du Kalahari, des vallées ouvertes et de vastes prairies, parfois parsemées de petits îlots arborés. Tau Pan se distingue par ses bouquets d’acacias entourant une cuvette immense fortement apprécié des herbivores et les prédateurs restent très présents autour des pans de Phukwe, San et Phokoje.

Pistes

Alternance de pistes de sable parfois profond et de pistes de terre.

Si vous choisissez l’extension vers le KTP, vous pouvez quitter le CKGR par Tsau Gate et poursuivre votre exploration du désert du Kalahari en 4×4 au Nord-Ouest de la réserve.

Campings

De Passarge Valley à Phokoje Pan, il y le choix entre 5 campings individuels implantés le long de la vallée et autour des pans.

Ravitaillement

Indisponible dans la réserve

Désert du Kalahari en 4x4 self drive

PIPER PAN

Piper Pan est le lieu le plus reculé de la boucle nord et aussi le plus mystique. Ici, l’éloignement se fait vraiment sentir, le silence surprend, l’isolation est la plus totale et pourtant de nombreux animaux gambadent gaiement dans d’immenses plaines, couleur émeraude à la saison humide et teinté d’or à la saison sèche.

Pistes

Alternance de pistes de sable, particulièrement profond sur les 40 derniers kilomètres, et de pistes de terre autour des pans.

Si vous choisissez l’extension vers le KTP, vous pouvez quitter le CKGR par Xade Gate, au sud de Piper. Attention toutefois aux pistes très exigeantes qu’il faudra parcourir sans possibilités réelles de secours en cas de problèmes mécaniques ou d’enlisement.

Campings

Il existe 2 campsites à Piper, l’un donnant directement sur le pan et son point d’eau permanent, l’autre plus intimement caché dans le bush.

Ravitaillement

Indisponible dans la réserve

Désert du Kalahari en 4x4 self drive : oryx à Piper Pan

LETIAHAU VALLEY

La vallée de Letiahau est probablement la plus pittoresque du CKGR. C’est ici que les chances d’apercevoir les animaux les plus timides de la savane, comme les guépards ou les hyènes brunes, sont les meilleures. Mais pas seulement, le point d’eau permanent de Letiahau attire également des girafes et autres herbivores et les lions sont souvent observés dans cette région.

Pistes

Alternance de pistes de sable et de pistes de terre.

Campings

Les deux campings individuels de Letiahau et de Lekhubu sont situés le long de la vallée et sont totalement sauvages.

Ravitaillement

Indisponible dans la réserve

DECEPTION VALLEY ET DECEPTION PAN

Deception Valley vaut à elle seule le déplacement dans le lointain Kalahari. Ancien lit d’une rivière fossile, le lieu tient son nom d’un mirage créé par la cuvette d’argile donnant l’illusion d’un étang rempli d’eau. Deception Pan se remplit effectivement d’eau à la saison des pluies mais laisse vite place à une terre craquelée recouverte par des algues rouges desséchées le reste de l’année.

Pistes

Alternance de pistes de sable et de pistes de terre.

Campings

Deception Valley est la zone du parc proposant le plus grand nombre d’emplacements avec les 2 sites de Deception (8 places) et Kori (4 places). Les camps de Kori sont célèbres pour voir passer souvent les lions tandis que ceux de Deception sont parfois fréquentés par les léopards.

Ravitaillement

Indisponible dans la réserve

Désert du Kalahari en 4x4 self drive : deception valley

En opposition avec l’environnement entourant la rivière Boteti, les grands pans de Makgadikgadi caractérise le Centre Est du pays.

Ce terrain désertique de 12 000 kilomètres carrés est un enchainement de cuvettes blanchies par le sel, constituant un des plus grands marais salant du monde, de dunes de sable et d’ilots rocheux dont le plus populaire reste Lekhubu Island (ou île de Kubu) et Kukonje.

Parsemée de villages et de fermes d’élevage, on pourrait aisément penser que cette région a priori hostile est dénuée de toute vie sauvage. Les animaux sont pourtant bien présents, principalement pendant la saison humide, lorsque les deux plus grandes cuvettes, Netwewe et Sowa, sont alimentées en eau et que leurs bordures se couvrent de végétation. Les grands herbivores, zèbres et gnous, envahissent alors les plaines tandis que d’impressionnantes colonies de flamants roses s’installent sur les lacs à nouveau formés.

Au milieu de cette étendue plane se dressent quelques baobabs massifs dont les plus connus sont les Green’s et Chapman’s Baobabs au Sud de Gweta.

LETLHAKANE

Après 5 jours dans le Central Kalahari, une pause ravitaillement s’impose avant de poursuivre vers le cœur des pans du Makgadikgadi. Letlhakane est une toute petite ville qui s’est développée grâce aux 3 mines de diamants qui l’entourent. Elle dispose d’une station essence et d’un garage en cas de besoins mécaniques, ainsi que de quoi faire un ravitaillement essentiel en eau et en nourriture.

Pistes

La route est goudronnée entre Rakops et Letlhakane.

Hébergements

Les solutions d’hébergement ne sont pas très développées mais Tuuthebe Lodge est une pause confortable grâce à son camping ou à ses cottages avec cuisine équipée.

Ravitaillement

Letlhakane dispose d’un distributeur de billets, d’une épicerie et d’une station Shell.

LEKHUBU ISLAND

Du setswana signifiant « crête », Lekhubu Island (ou Kubu Island) est une île rocheuse de 10 m de haut sur 1km de long, sur laquelle ont grandi de magnifiques baobabs, créant un ensemble inattendu et particulièrement photogénique, situé en bordure de Sowa Pan.
Passer une nuit ici, et particulièrement à la pleine lune, fait partie des instants magiques et inoubliables que le Botswana a à offrir.

Pistes

De Letlhakane à Mmatshumo Village, la route est goudronnée et se poursuit par une piste de gravier, puis une piste de sable pouvant être un peu profond à la saison sèche.

Campings

Seul un site de camping est disponible à Kubu Island avec une dizaine d’emplacements.

Ravitaillement

Indisponible

RETOUR A KASANE PAR GWETA OU NATA

Afin d’éviter une grosse journée de route pour rejoindre Kasane, une halte pourra être envisagée à Gweta pour explorer un peu plus Ntwetwe Pan ou par Nata afin de découvrir l’autre côté de Sowa Pan et le Nata Bird Sanctuary.

Sur la piste reliant Lekhubu à Gweta se trouvent quelques baobabs célèbres. Le baobab de Green replonge ses visiteurs au 19e siècle quand les pans du Makgadikgadi se trouvaient sur la route des marchands, des explorateurs et des missionnaires qui s’arrêtaient régulièrement sous un cette énorme arbre pour passer la nuit. C’est sur celui-ci que les frères Green ont d’ailleurs inscrit la mention « Green’s Expedition, 1858-1859 », d’où le nom donné à cet endroit.

Un peu plus loin se trouve l’impressionnant baobab de Chapman, composée de 7 troncs qui lui vaut aussi le nom de « Seven Sisters ». De nombreux noms sont inscrits dessus, parmi lesquels celui de l’explorateur sud-africain James Chapman, mentionné par les initiales JC, et ayant été probablement inscrite par lui-même en 1861 alors qu’il était en expédition avec son frère et Thomas Baines. Malheureusement, ce géant de l’histoire est s’est déraciné en 2016.

Du côté de Nata, le Bird Sanctuary donne accès à la partie Nord-Est de Sowa Pan. Selon les années, cette partie du pan peut encore former un lac attirant de nombreux oiseaux comme les flamants roses et les pélicans, même à la saison sèche.

Pistes

De Kubu Island à Nata, la route ne présente pas de grande difficulté même si le trajet est particulièrement éprouvant jusqu’à la route gourdronnée.
De Kubu Island à Gweta, la traversée de Ntwetwe pan alterne pistes légèrement sablonneuses et pistes de terre. Attention à ne jamais s’engager sur cette route si le sol est encore humide.

Hébergements

Différentes solutions d’hébergement sont disponibles à Gweta, Nata et à Kasane que ce soit en lodge, en self-catering, en bushcamp ou en camping.

Ravitaillement

Gweta et Nata disposent de distributeurs de billets, d’épiceries, de stations essence et de garagistes.
Sur la route pour Kasane, la ville frontière de Pandamatenga permettra un dernier ravitaillement basique en eau et en nourriture si nécessaire avant le retour à Kasane. Un distributeur de billet, une station essence et un garagiste sont aussi installés ici.

Désert du Kalahari en 4x4 self drive : pans de Makgadikgadi

Pour les séjours de 3 semaines minimum, la découverte du désert du Kalahari en 4×4 peut inclure le parc transfrontalier du Kgalagadi, et sa section botswanaise de Mabuasehube.

KGALAGADI TP

Créé en 2002 et géré conjointement par l’Afrique du Sud et le Botswana, le Kgalagadi Transfrontier Park est un immense désert ouvert de 37 000 km2 préservant les routes migratoires des animaux, cruciales à leur survie dans cet région aride.

Les ¾ du parc se situent au Botswana et a conservé toute son authenticité avec des installations très sommaires et aucune possibilité de ravitaillement. Les infrastructures sont plus développées en Afrique du Sud et Nossob possède même une petite station-essence et un petit magasin.

Caractérisé par son sable rouge sur la partie sud-africaine et ses vastes pans sur la partie botswanaise, le Kgalagadi se pare d’une végétation herbeuse et fleurie dès le retour des pluies. Malgré le manque d’eau naturelle et grâce aux points d’eau artificiels, le désert reste un lieu vivant, peuplé d’oryx, de springboks, de bubales et d’élans. Les carnivores y sont également présents, notamment les lions, les guépards, les léopards, les hyènes brunes et les chacals. Mais le KTP est aussi le monde des petits mammifères et on aura plaisir à rencontrer des renards du cap, des écureuils terrestres, des suricates, des otocyons et des ratels.

Le Kgalagadi botswanais est une destination 100% selfdrivers, idéal pour ceux qui aiment prendre le temps de rechercher des scènes plus rares à observer et qui apprécient particulièrement la vie simple dans le bush.

Pourquoi choisir cet itinéraire ?

Une traversée fascinante d’Est en Ouest orientée sur les grands espaces et la rencontre avec des animaux rares

La découverte du désert du Kalahari en 4×4 self drive sera une expérience brute et sauvage, particulièrement adaptée aux selfdrivers expérimentés

Une extension possible vers le Kgalagadi Transfrontier Park pour une expédition complète au cœur des terres arides du Botswana.

N’oubliez pas…

  • Conserver d’importantes réserves d’eau est crucial pour entreprendre la route du désert, notamment pour le Central Kalahari GR où aucun point d’eau n’est disponible et pour le Kgalagadi où l’eau trop salé est impropre à la consommation. 5 litres d’eau par jour et par personne sont recommandés. Ils devront couvrir les besoins en boisson et les besoins sanitaires.
  • Le ravitaillement en nourriture et en essence est limité sur cet itinéraire et impossible à l’intérieur des parcs. Approvisionnez-vous et faites le plein d’essence dès que possible.
  • Notez que faute de moyen, il est difficile pour le personnel des parcs de porter assistance aux selfdrivers. Ayez toujours 1 ou 2 pneus de remplacement, un kit de réparation et ne partez pas sur ce circuit sans téléphone satellite.

  • Dans le CKGR, il est autorisé de sortir de son véhicule dans les zones où la visibilité est très bonne et sans s’éloigner. Du fait de la présence régulière des lions dans les campsites, il est recommandé de planter sa tente à proximité de la voiture et de rester vigilant à toute heure de la journée.
  • Au Makgadikgadi, il ne sera pas toujours possible de circuler sur les pans qui peuvent devenir très dangereux lorsqu’ils sont humides. Demandez toujours l’avis des rangers à l’entrée du parc avant de vous engager. Cette région est particulièrement isolée et il est possible qu’aucune voiture ne croise votre chemin avant plusieurs jours.
  • Pendant la saison humide et peu après, les graines des herbes hautes dans le CKGR et le KTP peuvent s’accumulent sur les radiateurs de la voiture et provoquer la surchauffe du moteur ou des ennuis mécaniques importants. Pensez à faire un nettoyage régulier !

Autres suggestions d’itinéraire self drive

La route de l’eau
CHOBE • MOREMI • MAKGADIKGADI & NXAI • REGION DES PANS • VICTORIA FALLS
La route de l’infini
WINDHOEK • NAMIB-NAUKLUFT • SWAKOPMUND • DAMARALAND • ETOSHA • CAPRIVI • VICTORIA FALLS • CHOBE • MOREMI • KALAHARI
La route des Sans
CHOBE • CAPRIVI • PANHANDLE • KALAHARI • REGION DES PANS