Nicolas et Mélanie

« Qu’est-ce que c’est que ce bruit ?
– Tu crois qu’il peut y avoir des oiseaux sur la tente en pleine nuit ?
– Non c’est le vent… Enfin je crois, on sent de l’air… »

Certes la première nuit on retrouve quelques craintes enfantines qui entraînent de nombreux rires le lendemain. Mais par la suite on apprend très vite à profiter du coucher de soleil sur la rivière, du bruit nocturne de l’hippopotame ou des vervets qui vous regardent pendant que vous faites la vaisselle.

Durant la journée les heures d’observation depuis la voiture se multiplient et passent pourtant incroyablement rapidement. Les rencontres avec les lions restent mémorables mais on apprécie de plus en plus d’apercevoir une nouvelle antilope ou le moment où l’on croise le regard d’un rapace encore inconnu pour nous. Sans oublier les éléphants qui ne cessent de renouveler les situations photogéniques !

C’est un troisième voyage en self-drive en Afrique australe et c’est celui qui provoque cette interrogation : pourquoi ne pas avoir choisi le camping en autonomie plus tôt ? Pour l’avenir en tout cas deux certitudes : nous reviendrons au Botswana ou aux alentours et nous rechoisirons cette façon de voyager qui a un petit goût d’aventure au plus proche de la vie sauvage.

Merci pour l’aide de Julie, Vincent et Sami !

France, Août 2019, Hilux équipé camping